Vous souhaitez suivre notre évolution ? 

L'écologie et le télétravail sont-ils compatibles ?

De mars à mai 2020, de nombreuses études sur la consommation des ménages ainsi que la consommation des industries ont montré un effet positif de la réduction des déplacements sur l’environnement. Lors du confinement, il y avait moins de déplacements donc moins de pollution aux particules fines. A partir de ce constat là, on peut penser que le télétravail a un impact positif sur l’environnement mais la réalité est plus complexe.



1) L’environnement préservé grâce au télétravail


Tout d’abord, il est possible de ressentir des effets positifs du télétravail sur l’environnement. En effet, le télétravail permet une adaptation du mode de vie et une diminution des déplacements ce qui contribue à réduire son empreinte carbone.



Quel impact sur le trafic routier ?


Selon une étude de l'Insee, 7 Français sur 10 utilisent leur voiture personnelle pour aller au travail, ce qui représente une grande partie de la population française. En augmentant la part de ces français qui font du télétravail, les déplacements, eux, diminuent. Selon, l’Ademe, si par semaine, il y avait trois jours de télétravail, cela permettrait de réduire de 58 % les particules fines liées aux déplacements.


Ainsi, sur ce premier point, le télétravail est positif pour la réduction des émissions de CO2 liées à la pollution automobile.


Même sans télétravail il est possible de poursuivre cette pratique en allant au travail à vélo, en réalisant du covoiturage ou en prenant les transports en commun au lieu d’un véhicule personnel.



Quel impact sur la consommation de l’énergie sur les lieux de travail ?


De plus, la consommation électrique des bureaux diminue aussi grâce à l’augmentation du télétravail. Globalement durant le confinement de mars à mai 2020, Enedis a constaté une chute de consommation de 11,3% sur le réseau.


Ainsi, avec ces quelques chiffres, on ne peut voir que des avantages sur l’environnement.


Toutefois, le télétravail en lui seul n’est pas entièrement écologique. Il faut aussi adopter une démarche écologique. En effet, pour mesurer l’empreinte carbone, il ne suffit pas de regarder les émissions de CO2 provenant des voitures mais de prendre en compte l’ensemble des facteurs.




2) Les aspects négatifs du télétravail sur l’environnement


Qu’en est-il des autres déplacements ?


Lorsque les déplacements seront à nouveau autorisés, être en télétravail sera associé avec un gain de temps, en éliminant les trajets domicile-travail. Cependant, ce temps gagné pourrait servir à des déplacements qui n’auraient pas eu lieu sans télétravail. Ce phénomène est appelé l’effet rebond. Ainsi, pour continuer à réduire son empreinte carbone, les déplacements liés au travail ne doivent pas être remplacés par d’autres déplacements.



L’augmentation de la pollution numérique, un défi pour l’environnement


En ce qui concerne l’usage de l’informatique, le télétravail augmente les échanges virtuels et, donc, la consommation numérique. Or, la pollution numérique émet 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Ainsi, avec la digitalisation des activités et des échanges, la pollution numérique augmente considérablement, qu’il s’agisse de faire fonctionner internet ou de fabriquer le matériel nécessaire à son usage.


Donc, pour réduire cette pollution certains gestes sont efficaces. Ainsi, il est préférable d’être en wifi, de privilégier les échanges téléphoniques et non en visioconférences ou de vider régulièrement sa boîte mails. Ces petites astuces peuvent réduire considérablement la pollution numérique au niveau de l’individu et de son entreprise.



L’augmentation des consommations énergétiques personnelles


Pour finir, en terme de consommation énergétique, même si la consommation sur les lieux de travail diminue, celle personnelle augmente (plus de chauffage ou électricité consommée par son ordinateur). Ces deux phénomènes évoluent en parallèle. Au cours du premier confinement, les fournisseurs d’énergie ont constaté une augmentation de la facture d'électricité et de gaz des français en télétravail de 18 à 97€.


Donc, là aussi il est possible d’adopter une attitude à la fois bonne pour la planète et pour le portefeuille. Il suffit de comparer les différents fournisseurs qui proposent des offres vertes. L’énergie proposée par ces fournisseurs verts est issue de sources renouvelables et certains fournisseurs proposent des prix avantageux pour leurs clients.


Pour conclure, le télétravail n’est donc pas suffisant pour réduire l’empreinte carbone. Toutefois, télétravail et écologie sont compatibles, il faut seulement que ce télétravail soit couplé avec un mode de vie plus écologique et des pratiques durables.


Copyright eGreen®, Tous droits réservés.